· 

Marta, Julia, Kinga, Zofia… Qui sont les 5 premiers inscrits au festival ?

 Après moultes péripéties et reports – pandémie oblige – nous sommes heureux de vous annoncer que la première édition des Nuits du monde aura lieu en Pologne en octobre 2021.

 

Nous sommes plus heureux encore de vous dire que malgré les difficultés, de nombreux professeurs et plus encore de jeunes ont adhéré au projet avec enthousiasme, qu’au moment où nous écrivons ces lignes ils se préparent, travaillant en classe lorsque c’est possible, à distance lorsque les conditions sanitaires l’exigent. Ils s’étirent, échauffent leurs voix, la portent, posent les mots, reprennent les mélodies, peaufinent l’articulation : en un mot préparent avec autant de sérieux que de ferveur le concert de l’automne.

 

Profitons-en pour remercier très chaleureusement les professeurs et les jeunes pour leur constance et la confiance qu’ils nous ont accordée. Merci aux professeurs qui ont suivis les formations organisées à distance, qui ont monté les ateliers en classe, les ont poursuivi aussi à distance lorsqu’il le fallait. Merci aux jeunes qui ont continué le travail à la maison, au fil des cours en vision et des webinaires.

 

Grand merci également aux musiciens, auteurs-compositeurs qui ont rejoint le Répertoire des Nuits, mettant ainsi à disposition des enseignants et des élèves leurs textes et leurs musique afin qu’ils travaillent le français en cours et qu’ils chantent ensuite sur les scènes du monde.

 

C’est donc avec une certaine fierté (si, si !) et surtout beaucoup de bonheur que nous voulons vous présenter les 5 premiers groupes à s’être inscrits au festival (d’autres ont suivis depuis, que nous ne manquerons pas de vous présenter aussi !)

Bien sûr les inscriptions restent ouvertes aux élèves et aux professeurs qui veulent rejoindre l’aventure. D’autres formations à destination des enseignants sont d’ors et déjà prévues, n’hésitez pas à vous y inscrire aussi : vous y découvrirez tous les outils pour mener à bien un atelier chant en classe de FLE ! 

 

À très vite donc !

Et prenez soin de vous

Julia est au chant, Piotr au piano. Ils sont élèves au lycée no 2 de Ostrów Wielkopolski, dans la classe de français de Mme Anna Szmania-Binek

"Je suis Julia et j’ai 18 ans. La musique – c’est ma vie, c’est ma passion! Je chante depuis toujours. C’est ma professeure de français qui m’a proposé de participer au Festival Les Nuits des Monde et je lui en suis très reconnaissante! La participation au projet est pour moi une excellente occasion de pratiquer mon français. Je vois maintenant l’intérêt de l’apprentissage de cette langue. Grâce au Festival j’aurai l’occasion de connaître de nouveaux amis, des artistes francophones. Et cela n’arrive pas chaque jour! On peut dire que je suis chanceuse! Je ne me suis imaginée chanter en présence de la chanteuse française et devant le public du monde entier! C’est l’aventure de ma vie! C’est Piotr mon copain de l’école de musique qui va m’accompagner! On va s’amuser bien, j’en suis sûre"


Une première Julia au chant, une deuxième Julia au violon et Patrycja à l’accordéon : tel est le trio proposé par la classe de français de Mme Dorota Kidala du lycée  no 4 de Chełm

"On a recu la proposition de la part de Madame Dorota Kidała-notre prof merveilleuse. Pourquoi on y participe? Chacune de nous est passionée de la musique. Une envie de prouver quelque chose de nouveau, exercer et examiner nos compétences, ainsi que le désir de chercher un nouveau défi nous a poussé a tenter notre chance." Julia, Julia et Patrycja


Zofia chante, Natalia l’accompagne au piano : un duo issu de la classe de français de Mme Luiza Łuszcz-Kujawiak du lycée no 13 de Łódż

"J'apprends le français depuis deux ans. Je fréquente l’école où même certaines matières sont enseignées dans cette langue. Je vais aussi à l'école de musique, et la musique a toujours été proche de moi, c'est ma plus grande passion. J'ai découvert le festival grâce à mon professeur de français et j'ai immédiatement décidé de m'inscrire. J'ai demandé à mon amie Natalie de l'école de musique si elle souhaiterait de participer avec moi. Ensemble, nous avons créé le groupe Éclair. Nous aimons toutes les deux la musique, alors nous traitons le festival comme une grande aventure. Nous sommes heureuses d'avoir réussi à nous qualifier et nous attendons impatiemment la suite." Zofia et Natalia

 


 Au lycée no 8 de Wrocław, Kinga est au chant, Jakub au piano. 

 

"Je m' appelle Kinga. Mon musicien s'appelle Jacques. Il joue du piano. Nous sommes décidés à participer à votre festival parce que nous adorons la musique tous les deux. Nous nous sommes rencontrés pendant les vacances lors d'un camp de musique. Moi et Jacques nous partageons les mêmes passions et nous adorons la musique. Lui il compose, moi je chante. Jacques ne parle pas français et moi je l'apprends au lycée. Mon niveau c'est B2. Alors j'essaie aussi de chanter en français. Je suis impressionnée entre autres par Zaz, Edith Piaf, Charles Aznavour. Je m'intéresse aussi au théâtre. Nous écrivons et nous composons aussi nos chansons. Nous apprenons tout le temps et nous espérons que votre festival nous permet de nous apprendre beaucoup de choses sur scène en s'amusant en même temps." Kinga et Jakub


Marta chante en solo, s’accompagnant à la harpe. Elle est inscrite au lycée no64 de Varsovie dans la classe de français de Mme Sylwia Pucilo

"Je m'appelle Marta. Je suis en première (la deuxième des trois années du lycée) au lycée Witkacy à Varsovie. J'ai commencé à apprendre le français dans un collège bilingue et je continue à l'apprendre au lycée. La musique est ma passion depuis mon enfance. À cause de la pandémie, je n'ai participé à aucun concours de musique depuis longtemps. Alors quand ma prof de français m'a parlé des Nuits du monde, j'ai tout de suite décidé de poser ma candidature à ce festival: chanter et jouer sur scène me manque beaucoup!" Marta


Les professeurs s'expriment !

Anna Szmania-Binek - Lycée n°2 - Ostrów Wielkopolski

"Je m’appelle Anna Szmania-Binek et j’enseigne au lycée depuis deux ans. J’ai invité Julia à participer au Festival parce que je savais que cette expérience lui donnerait beaucoup de plaisir.

Je me souviens, quand je faisais mes études à l’Université de Poznań j’ai fait partie du groupe théâtrale dirigé par notre lecteur belge. Le théâtre m’a ouvert, m’a permis de m’exprimer en français, je suis devenue plus sûre de moi. On était invité au plusieurs festivals de théâtre francophone aussi bien en Pologne qu’à l’étranger ; notamment à Cracovie et à Namur, en Belgique! C’étaient les meilleurs moments de ma vie. Mes meilleurs souvenirs! Et c’est la raison pour laquelle je tenté d’inciter Julia à participer au Festival. Je suis sûre qu’elle va en profiter. Et quoi qu’il arrive, Julia est déjà gagnante."

Dorota Kidala - Lycée n°4 - Chełm

"J'ai répondu à l'appel de Nuits de Pologne on y voyant une chance exceptionnelle de continuer mon travail pédagogique à travers la chanson française qui est un genre précieux et incomparable aux autres, pour pouvoir mener des cours créatifs et inspirer mes élèves.

Bien que les filles n'apprennent pas le français, au premier coup leur passion de musique et mon intérêt des chansons françaises se sont croisés pour concevoir quelque chose d'extraordinaire parmi le pessimisme de la pandémie. La musique  malgré tout ! En effet, de ce projet Julia est tombée amoureuse de la langue française et nous envisageons de commencer l'apprentissage du français.

Pour participer au festival, quelques leçons de la prononciation et de répétitions avec les instruments se sont effectuées. Les filles fréquentent l'école de musique et le répertoire proposé leur a plu à tel point qu'elles se sont mises à l'œuvre commune avec beaucoup d'enthousiasme. Le travail nous a permis de nous réjouir des rencontres humaines, de la musique exprimée en langue d'une beauté surnaturelle.

On attend avec l'impatience l'automne pour suivre la Masterclass. Alors, à bientôt ! Aux temps, espérons, plus favorables et en pleine sécurité sanitaire." 

Luiza  Łuszcz-Kujawiak - Lycée n°13 - Łódż

"Quand on aborde la chanson française dans l’éducation, surtout quand on se prépare à un concours, on peut se poser la question : qu’est-ce qui est important : la culture francophone, la belle voix sans fausse note, la bonne prononciation du français ou le message qu’on communique à travers la parole ? Sans doute tout cela.  

Pourtant j’ajouterais que ce qui est irremplaçable c’est l’émotion qui peut unir non pas l’élève et son prof mais deux êtres dans une expérience intime.

Le temps de la pandémie a montré que c’est l’art qui peut aider à survivre le confinement, qui peut recréer la communauté. Avec les Nuits du monde on espérait vivre ensemble, avec les autres participants au festival, un moment intense de musique et d’émotion. On doit attendre encore… Mais une fois la scène reprise par les jeunes, ce sera fort !" 


Appel à candidature : Festival de chanson francophone - octobre 2021 !

Écrire commentaire

Commentaires: 0